Questions fréquentes

Questions fréquentes


  1. L’équipement doit être de la bonne taille pour le projet. Un équipement surdimensionné consommera plus d’énergie et s’usera plus rapidement.
  2. Le système de ventilation doit fournir un minimum d’air en tout temps pour assurer une bonne qualité de l’air intérieur (QAI)
  3. Les réseaux de conduits d’air doivent être conçus de manière à réduire le plus possible le frottement ou la résistance qui s’opposera à la libre circulation de l’air.
  4. Une circulation d’air trop lente permettra aux contaminants tels que les poussières de se déposer et de s’accumuler.
  5. Une circulation d’air trop rapide entraînera une perte d’énergie et peut engendrer des bruits.

Un système conçu avec soin peut garantir le respect de la concentration visée tout en utilisant un minimum d’énergie.

NON! Les vieux équipements sont certainement plus vulnérables et moins performants, mais si l’entretien a été exécuté correctement au cours des années, le climatiseur pourrait avoir encore de belle années devant lui.

Si l’équipement a été bien dimensionné, celui-ci doit atteindre la température demandée, peu importe les conditions extérieures. Si c’est la canicule, le soleil plombe dans les fenêtres.. il fonctionnera plus longtemps, mais doit atteindre la température demandée dans un délai raisonnable.

La norme CAN/CSA Z412-F00 (C2011) intitulée L’ergonomie au bureau, indique des plages acceptables de température et d’humidité relative pour les bureaux au Canada.

Ces valeurs sont identiques à celles recommandées par la norme 55 – 2010, « Thermal Environmental Conditions for Human Occupancy », de l’American Society of Heating, Refrigerating, and Air Conditioning Engineers (ASHRAE).

Ces valeurs ont été élaborées pour répondre aux besoins de 80 % des gens, ce qui signifie qu’un petit nombre de personnes seront inconfortables, même si les exigences sont respectées. Des mesures additionnelles peuvent donc être nécessaires.

Un taux d’humidité relative inférieur à 20 % peut causer un inconfort en raison de l’assèchement des muqueuses et de la peau. Un faible taux d’humidité relative peut aussi entraîner la formation d’électricité statique.

À l’opposé, un taux d’humidité relative supérieur à 70 % peut entraîner la formation de condensation sur les surfaces et à l’intérieur du matériel et des structures du bâtiment. Si le taux demeure inchangé, de la moisissure et des champignons pourraient se former à ces endroits.

Des vitesses de l’air inférieures à 0,25 mètre/seconde (ou environ 50 pieds/minute) n’entraînent pas de distraction significative, même lorsque les tâches nécessitent une attention soutenue.

On recommande généralement de maintenir la température entre 21 et 23 °C (69 à 73 °F).

L’été, lorsque les températures extérieures sont plus élevées, il est recommandé de garder la température de l’air climatisé légèrement plus élevée dans le but de minimiser l’écart entre l’intérieur et l’extérieur.

Si vous demandez à un technicien qualifié d’effectuer l’entretien préventif régulier, les moyennes de l’industrie suggèrent que d’un climatiseur devrait durer entre 12-15 ans dépendamment des conditions d’exploitation et de l’envirionnement

Puissance n’est pas synonyme d’efficacité. Si votre appareil est trop puissant, il s’arrêtera et redémarrera souvent, ce qui consommera plus d’énergie, vous coûtera plus cher, et pourra même entraîner un inconfort.

De même, vous ne devez pas lésiner sur la puissance, simplement parce que le nouveau système est plus efficace. Vous avez besoin que l’appareil fournisse la quantité de chaleur nécessaire pour assurer votre confort pendant les jours froids.

En étant plus efficace, votre système vous permettra essentiellement de consommer moins d’énergie pour fournir la même quantité de chaleur.

La fréquence de nettoyage des conduits et des composants des systèmes ne peut être fixe; elle varie de façon importante en fonction des types de systèmes, des activités qui se déroulent dans les locaux desservis et de la localisation des bâtiments

Les cernes en question sont aussi dûs au manque d’humidité qui fait coller la poussière ambiante autour des diffuseurs par un effet électrostatique.. ce phénomène est amplifié par l’effet COANDA : la veine d’air issue d’un diffuseur à tendance à coller au plafond.

On devrait vérifier au moins tous les cinq ans tout système CVCA de plus de 2000 cfm, pour s’assurer que le taux d’admission d’air frais respecte les paramètres de conception… ou les nouveaux besoins.

 

  • En principe, si les résultats s’écartent de plus de 10 % des paramètres initiaux, il doit être rééquilibré ou réparé s’il y a défaillance des composantes.
  • Par contre, une bonne pratique consiste, selon le résultat de ces mesures, à ajuster la norme de 15 cfm par personne d’air extérieur spécifiée par l’ASHRAE : Celle-ci peut être diminuée ou doit être augmentée pour obtenir un taux de C02 garant d’une bonne
    ventilation.